Alchemic Sound Museum

Chroniques

Chronique Scaphandre - Les Ancres - par METAL FRANCE

La scène Black Metal française va bien. Très bien même si l’on en juge par le nombre de groupe qui occupent cette scène. Scaphandre, groupe fraichement débarqué, fait partie de ceux là. Un groupe qui propose un black metal sombre et torturé sans pour autant être violent. Ici donc, pas de blast beats, pas de guitares ultra saturées, et pas non plus de son garage cradingue à la Burzum.

Première chose concernant l’album, son packaging. Le design de la pochette est très sobre (fond noir, nom du groupe en blanc et titre dans le coin inférieur droit). Ça engage peu à l’écoute il faut le dire. Quand on voit qu’en plus l’album contient que quatre titres (et en français)… on est pris d’un doute. Mais bon, qu’importe, je place la galette dans le lecteur et là je m’aperçois qu’on a plus de 45 minutes de musique. Soit, écoutons. Le premier titre nous donne une ambiance façon Burzum pas déplaisante. C’est certes minimaliste et tourne sur un riffing répétitif mais ça passe grâce à la voix qui ajoutera à l’ambiance. Il faut savoir que Scaphandre est le projet d’un seul (jeune) homme : Spasme, âgé de 21 ans. A travers cet album, il nous fait partager sa vision du black metal. Un black metal sans théâtralisation (corpspaint, mise en scène lors de concert) et rejette toute idéologie religieuse ou spirituelle. Pour lui seule la musique compte. Et l’on s’en rend totalement compte au long de ces quatre titres misant surtout sur le côté viscéral de sa musique. Pour lui le black metal doit venir tout d’abord des tripes et du ressenti laissant de côté les apparences.

Pourquoi ai-je parlé de ressenti quant à cet album ? Tout simplement parce que les ambiances doom sont très présente dans sa musique. En effet, nous avons bien du black metal avec cet album, mais les ambiances se dégageant sur les titres pourraient être apparenté au doom. Lenteur des tempi, musique cyclique comme déjà évoqué, et une couleur sombre et mélancolique dans les mélodies. Amateurs de blast beats et de violence, passez votre chemin, vous n’en trouverez pas au sein de cet album. Ce qui est étrange (mais positif néanmoins) est l’impression que les titres sont courts malgré leur relative longueur (entre 10 et 15 minutes pour les trois premiers). Les ambiances sont tellement travaillées et le crescendo tellement présent fait que l’on embarque tout de suite pour le voyage que nous offre Spasme. Alors certes, on pourrait reprocher un manque d’originalité entre les différents titres (les ambiances restant les mêmes avec des constructions proches les unes des autres). La voix tout en cris de douleurs ne change pas non plus au fur et à mesure des quatre titres proposés. Mais cet album est un premier jet. Donc un peu d’indulgence est de mise.

Au final, Scaphandre nous propose un album un peu trop égal ce qui nuit quelque peu à son écoute. Cependant les idées sont bonnes et la mise en place ainsi que les compositions sont prenantes. Il manque juste un peu de diversité dans les rythmiques et les ambiances pour que cet album devienne vraiment bon. Mais il ne fait aucun doute que le prochain opus saura pallier à ces défauts.

 

SOURCE

 

CLIQUER ICI POUR ACHETER CET ALBUM